6 – Ailes


Retour à la table des matières

L’assemblage de l’aile débute ici. Ce sous-ensemble est constitué d’une aile d’un seul tenant et de deux réservoirs de bout d’aile. L’essentiel du travail consiste à poser les fils d’alimentation des feux de navigation, d’atterrissage et de roulage. La surface passablement « bullée » de l’aile requiert une attention toute particulière.


Photo N°1 – Correction de la forme des réservoirs d’ailes au tour.


Photo N°2 – Perçage de part en part pour le passage de l’alimentation du feu de position.


Photo N°3 – Deux goupilles en laiton viennent renforcer l’assemblage réservoir / aile.


Photo N°4 – L’aile avec les deux réservoirs ainsi que quelques outils horlogers qui m’ont aidé pour cet assemblage.


Photo N°5 – Fraisage des passages d’alimentation électrique dans l’aile. Je porte le masque pour ne pas inhaler les poussières de résine, très toxiques.


Photo N°6 – Une mini-LED rouge (1mm) prend place dans l’ouverture pour le feu de navigation gauche.


Photo N°7 – De près on voit bien le côté minuscule de la diode. Pas facile à souder. Le papier sert d’isolant, bien que les 2 fils ne puissent normalement pas se toucher.


Photo N°8 – En place avec du courant. Les fils seront noyés une fois le tout collé.


Photo N° 9 – Ajout du phare d’atterrissage dans le réservoir d’aile. J’ai adapté une LED de 3mm. Les pattes de la LED sont coupées à des longueurs différentes pour éviter qu’elles ne se touchent aux points de soudure.


Photo N°10 – Et la lumière fut :-) Viendront encore les feux de roulage, fixés sur le train d’atterrissage.


Photo N°11 – L’aile est mise en attente d’une LED verte pour le feu de navigation tribord.


Photo N°12 – Un peu de câblage, de soudure et de gaine thermo… Je vais maintenant reboucher les ailes.


Photo N°13 – Masticage et ponçage de l’aile pour noyer les fils électriques. Certains affleurent un peu, j’espère que cela ne posera pas de problèmes à la peinture… Sous peu l’aile entière va recevoir une couche d’apprêt grise. Cela rendra visibles les petits défauts à corriger. La grosse intervention sera la regravure des lignes de structure qui ont été mises à mal par mes bidouillages.


Photo N°14 – Ca commence à ressembler à un avion 🙂


Photo N°15 – Après la couche d’apprêt je marque les emplacements des trappes sur les réservoirs d’ailes. Pour symétrie gauche / droite je me sers d’un calque que je frotte pour déposer le graphite du crayon à l’emplacement désiré.


Photo N°16 – Il n’y a plus qu’à suivre le trait de crayon pour graver, à l’aide d’un chablon de diamètre adéquat et d’une pointe acérée. On voit bien ici comment la couche d’apprêt grise révèle les petits défauts, à corriger ultérieurement.


Photo N°17 – Fabrication et pose des raccords d’aile le long des réservoirs. Une feuille de laiton pliée, soudée et limée aux bonnes dimensions.


Photo N°18 – Fabrication des petits ailerons sur les réservoirs auxiliaires. J’ai pris une feuille de laiton 0.3mm, découpe à la scie bocfil et soudure d’un ergot de fixation. L’assemblage est ensuite limé pour obtenir le profil adéquat.


Photo N°19 – Un autre angle permet d’apprécier la finesse du bord de fuite, sur lequel viendront – tout à la fin du projet – deux déchargeurs statiques.


Photo N°20 – A la lime, comme les apprentis en première année ! Tout d’abord dégrossir la soudure, puis affiner le profil. La grosse difficulté consiste à tenir la pièce. Je la pose sur un cabron en cuir, ainsi elle glisse moins.


Photo N°21 – Puis léger polissage. Pas trop : il reste plein de raies qui permettront à la peinture de bien accrocher. Une lime à polir les ongles, un cabron et un gant en coton pour ne pas graisser le métal nu.


Photo N°22 – Un petit trou dans le réservoir et hop, le tour est joué : de beaux ailerons, ultra-fins comme pas deux :D


Photo N°23 – J’ai reçu de nouvelles LED Very Happy Je me mets au travail immédiatement…
Voici comment les LED sont livrées : en bandes. La flèche indique l’endroit où je dois en poser une nouvelle. Il y a également l’adresse où je me les suis procurées.


Photo N°24 – Au sortir du blister, c’est petit. Très petit même…


Photo N°25 – Ne pas trembler pour souder ces petits bidules… En fait j’ai changé les deux LED pour d’autres plus petites encore, mais donnant plus de lumière. Pour des feux de roulage c’est plus convainquant quand ça en jette.


Photo N°26 – L’aile avance très lentement : il faut toujours reprendre le masticage qui rétrécit avec les heures qui passent :x Ponçage jusqu’au 6000, faire mirer la lumière rasante, détecter les creux, remplir, laisser sécher, go to début… – voir les ajouts de Mr. Surfacer marqués par les flèches – c’est comme le tonneau des Danaïdes, ça n’arrêtera jamais.

Chapitre précédent <– Haut de page –> Chapitre suivant

* * *

Qu'en pensez-vous ? - Please share your comments!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s